L'Appel sauvage

Fri, 31 May - Sun, 2 Jun

Théâtre des Marionnettes de Genève

Marionnettes de Genève

L'Appel sauvage - Theatre and performing arts

Adultes, ados, dès 8 ans 60 minutes Marionnettes à fils, marionnettes de table et marionnettes portées Une création 2022 du Théâtre des Marionnettes de Genève d’après L’Appel sauvage de Jack London Adaptation et mise en scène Isabelle MatterComplicité dramaturgique Domenico Carli Interprétation Joël Hefti, Fanny Pélichet et Diego Todeschini Coach marionnettes à fils Liviu Berehoï Scénographie Fredy Porras Conception marionnettes Yangalie Kohlbrenner Réalisation marionnettes Yangalie Kohlbrenner et Pierre Monnerat Univers musical et sonore Julien Israelian Lumières Philippe Dunant Costumes Verena Dubach Régie son et lumière Frédérique Jarabo Chien domestique choyé, Buck coule une existence douce et somnolente sur les rives de Californie jusqu’à ce que la découverte d'un certain métal jaune à des milliers de kilomètres de là fasse basculer sa vie confortable. Buck est enlevé et transporté dans le Grand Nord pour servir de chien d'attelage aux chercheurs d’or. Il doit ainsi doit troquer sa gamelle bien remplie contre de maigres rations défendues à coups de crocs, sa couchette au coin du feu contre des trous creusés dans la neige, l’oisiveté contre le dur labeur… Il découvre la cruauté des hommes et l'hostilité de la nature, le goût du sang et la lutte pour la survie, mais aussi l’ivresse de la piste et des grands espaces. Ereinté, il sent pourtant se réveiller en lui une force ancestrale insoupçonnée et indomptable, une formidable fureur de vivre couplée d'un dévorant désir de liberté. Saura-t-il écouter ses instincts longtemps enfouis et suivre l'appel sauvage ? Aventurier dans l’âme, Jack London avait lui-même participé à la ruée sur l'or de Klondike en 1897. Il en revint sans le sou, mais riche d'innombrables histoires et rencontres qui allaient inspirer son œuvre, dont L'Appel sauvage, écrit en 1903. Cette adaptation haletante pour la scène et la marionnette adopte le point de vue de l’animal qui se transforme au fur et à mesure qu’il s'affranchit du joug de la domestication. Le glissement vers la vie sauvage s'opère également sur scène, où décors modulables et jeux d’échelle participent à recréer le passage d'un intérieur étriqué vers les étendues infinies, du trop-plein vers l’essentiel, de l'immobilité vers le mouvement, du rêve éveillé vers la vie croquée à pleines dents.

Back