JE 8 JUIN – 2ème concert – GRÉGOIRE MARET 4TET

Il y a 8 mois

Alhambra

LES ATHÉNÉENNES

JE 8 JUIN – 2ème concert – GRÉGOIRE MARET 4TET - Concerts

21H30 JAZZ [TARIF A] TRIBUTE TO ENNIO MORRICONE «ENNIO» GRÉGOIRE MARET 4TET GRÉGOIRE MARET HARMONICA / ROMAIN COLLIN PIANO / LUQUES CURTIS BASSE  / JOHN DAVIS BATTERIE IL BUONO, IL BRUTTO, IL CATTIVO (SERGIO LEONE, 1966)   GRÉGOIRE MARET 4TET / «ENNIO» Grégoire Maret, l’enfant du pays, prodige de l’harmonica, vient présenter son nouvel album «Ennio» hommage à Ennio Morricone. Il a joué avec la plupart des légendes du jazz, de Herbie Hancock à Pat Metheny en passant par Cassandra Wilson et Gregory Porter (qui figurent sur l’album). Avec Romain Collin, Luques Curtis et John Davis, c’est un 4tet new-yorkais qui s’installe aux Athénéennes «pour une poignée de dollars». Des arrangements d’une grande finesse redessinent «Once upon a time in America», «Cinema Paradiso» mais aussi des compositions moins connues comme «When i telephone». Un répertoire qui exprime magnifiquement ces grands espaces qui ont si souvent donné la réplique aux compositions du maître. De l’air, du vent et l’harmonica de Grégoire Maret qui se fraie un chemin avec une maturité et une aisance déconcertantes à travers des brumes de claviers et une section rythmique hypnotique.   

Retour

Évènement terminé !

JE 8 JUIN – 2ème concert – GRÉGOIRE MARET 4TET

Il y a 8 mois

Alhambra

LES ATHÉNÉENNES

JE 8 JUIN – 2ème concert – GRÉGOIRE MARET 4TET

Informations

21H30 JAZZ [TARIF A] TRIBUTE TO ENNIO MORRICONE «ENNIO» GRÉGOIRE MARET 4TET GRÉGOIRE MARET HARMONICA / ROMAIN COLLIN PIANO / LUQUES CURTIS BASSE  / JOHN DAVIS BATTERIE IL BUONO, IL BRUTTO, IL CATTIVO (SERGIO LEONE, 1966)   GRÉGOIRE MARET 4TET / «ENNIO» Grégoire Maret, l’enfant du pays, prodige de l’harmonica, vient présenter son nouvel album «Ennio» hommage à Ennio Morricone. Il a joué avec la plupart des légendes du jazz, de Herbie Hancock à Pat Metheny en passant par Cassandra Wilson et Gregory Porter (qui figurent sur l’album). Avec Romain Collin, Luques Curtis et John Davis, c’est un 4tet new-yorkais qui s’installe aux Athénéennes «pour une poignée de dollars». Des arrangements d’une grande finesse redessinent «Once upon a time in America», «Cinema Paradiso» mais aussi des compositions moins connues comme «When i telephone». Un répertoire qui exprime magnifiquement ces grands espaces qui ont si souvent donné la réplique aux compositions du maître. De l’air, du vent et l’harmonica de Grégoire Maret qui se fraie un chemin avec une maturité et une aisance déconcertantes à travers des brumes de claviers et une section rythmique hypnotique.