ME 7 JUIN – 1er concert – NICOLAS MASSON / ROB LUFT / VALENTIN LIECHTI

8 mesi fa

Temple de la Madeleine

LES ATHÉNÉENNES

ME 7 JUIN – 1er concert – NICOLAS MASSON / ROB LUFT / VALENTIN LIECHTI - Concerti

20H CLASSIQUE [TARIF A] WAGNER PRÉLUDE ET LIEBESTOD DE TRISTAN ET ISOLDEPÄRT FRATRES, POUR VIOLONCELLE ET ORCHESTREBEETHOVEN PREMIÈRE SYMPHONIE, EN UT MAJEUR, OP.21 ORCHESTRE CONSUELOVICTOR JULIEN-LAFERRIÈRE DIRECTION, VIOLONCELLE MELANCHOLIA (LARS VON TRIER, 2011)THERE WILL BE BLOOD (PAUL THOMAS ANDERSON, 2008)PEOPLE I KNOW (DANIEL ALGRANT, 2002)   WAGNER - PÄRT - BEETHOVEN / CONSUELO Victor Julien-Laferrière, avec son jeune orchestre «Consuelo», a choisi un programme de musiques célèbres, entendues dans différents films. Après le romantisme extatique de Tristan et Isolde, la répétivité mystique de «Fratres», une première Symphonie de Beethoven déjà révélatrice du génie de son auteur. Elle fit un petit scandale à l’époque de sa création car l’introduction installe avec ambiguité la tonalité de do majeur. Cette œuvre énergique, baigne d’un bout à l’autre dans une atmosphère de bonheur et de fête.   

Back

Evento concluso!

ME 7 JUIN – 1er concert – NICOLAS MASSON / ROB LUFT / VALENTIN LIECHTI

8 mesi fa

Temple de la Madeleine

LES ATHÉNÉENNES

ME 7 JUIN – 1er concert – NICOLAS MASSON / ROB LUFT / VALENTIN LIECHTI

Informazioni

20H CLASSIQUE [TARIF A] WAGNER PRÉLUDE ET LIEBESTOD DE TRISTAN ET ISOLDEPÄRT FRATRES, POUR VIOLONCELLE ET ORCHESTREBEETHOVEN PREMIÈRE SYMPHONIE, EN UT MAJEUR, OP.21 ORCHESTRE CONSUELOVICTOR JULIEN-LAFERRIÈRE DIRECTION, VIOLONCELLE MELANCHOLIA (LARS VON TRIER, 2011)THERE WILL BE BLOOD (PAUL THOMAS ANDERSON, 2008)PEOPLE I KNOW (DANIEL ALGRANT, 2002)   WAGNER - PÄRT - BEETHOVEN / CONSUELO Victor Julien-Laferrière, avec son jeune orchestre «Consuelo», a choisi un programme de musiques célèbres, entendues dans différents films. Après le romantisme extatique de Tristan et Isolde, la répétivité mystique de «Fratres», une première Symphonie de Beethoven déjà révélatrice du génie de son auteur. Elle fit un petit scandale à l’époque de sa création car l’introduction installe avec ambiguité la tonalité de do majeur. Cette œuvre énergique, baigne d’un bout à l’autre dans une atmosphère de bonheur et de fête.